A la Une

  • INTERVENTION DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWA ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA SEMAINE DIOCÉSAINE DU LAÏCA 2021

    INTERVENTION DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWA ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA SEMAINE...

  • PAROISSE SAINT MICHEL ARCHANGE DE KODIOUSSOU, PERE STANISLAS MONA  INSTALLE

    PAROISSE SAINT MICHEL ARCHANGE DE KODIOUSSOU, PERE STANISLAS MONA INSTALLE

  • Deuxième édition de FESTI-ECCLA (Radio Espoir) à la Cathédrale Saint Paul Abidjan

    Deuxième édition de FESTI-ECCLA (Radio Espoir) à la Cathédrale Saint Paul Abidjan

  • LA PAROISSE NOTRE DAME DU PERPETUEL SECOURS DE TREICHVILLE       A   FETE SES 65 ANS (Jubile de Palissandre)

    LA PAROISSE NOTRE DAME DU PERPETUEL SECOURS DE TREICHVILLE A FETE SES 65 ANS (Jubile de...

UNIVERSITE CATHOLIQUE DE L'AFRIQUE DE L'OUEST- UNITE UNIVERSITAIRE D'ABIDJAN - MESSE DE RENTREE ACADEMIQUE 2021-2022

Abidjan,Mardi 12 octobre 2021

Excellence Mgr Paolo BORGIA, Nonce Apostolique en CI,
Révérend Père Kizito TOGO AMADOU, Président de l’UCAO/UUA,
Révérend Père Elysée PAUQOUD, Vice-Président de l’UCAO/UUA,
Révérend Père Honoré Beugré DAKPA, Secrétaire Général,
Messieurs les Doyens des facultés et Directeurs des Instituts
Chers Aumôniers,
Chers Formateurs,
Chers parents, amis et invités,
Chers amis étudiants,

La messe solennelle de rentrée académique ouvre avec la leçon inaugurale qui suivra, un nouveau départ pour notre Institution commune. Bien plus qu’une simple convenance, cette messe de rentrée est pour nous, l’occasion de remettre entre les mains de notre Dieu, cette année qu’Il nous offre, les formateurs, les étudiants ainsi que tout le personnel qui participe à la vie de notre maison commune, afin que  Lui-même la conduise à bon port.

 

Tout en me réjouissant d’être ici avec vous ce matin, je voudrais souhaiter la bienvenue à tous ceux qui intègrent notre unité universitaire d’Abidjan. Je voudrais aussi saluer tous ceux qui ,les années passées, ont gardé la maison pour qu’elle rayonne de plus belle. Enfin, je voudrais confier à Dieu, les pas de ceux qui sont partis, parce qu’étant en fin de mandat. Que Dieu nous accorde à tous, ce dont nous avons besoin pour faire de cette nouvelle année académique, une année pleine de succès à tous les égards !

Le début de toute nouvelle année se conjugue généralement avec non seulement des souhaits pour qu’elle soit bonne et fructueuse mais également avec des résolutions afin de ne rien rater de ce que cette année pourra bien nous offrir. Et c’est sur ce dernier point des résolutions que je voudrais porter mon partage de ce jour. Qu’il plaise à Dieu, que les mots qui vont suivre se frayent un chemin vers nos cœurs à tous, pour la gloire de Dieu et pour notre bonheur à tous.

Chers amis étudiants,

Dans le texte de l’évangile que nous avons entendu, Jésus, invité chez un pharisien, ne se conforme pas aux prescriptions rituelles du repas, lesquelles prescriptions ont valeurs religieuses aux yeux de celui qui l’a invité. L’on comprend dès lors son étonnement face à cette manière de faire de Jésus qui trouve justement là, l’occasion  de faire une belle leçon à ce pharisien : le geste extérieur qui consiste à se laver les mains, n’a-t-il pas fini par prendre plus d’importance que l’attitude intérieure ? Cette remarque est encore aujourd’hui d’actualité quand on sait que nous vivons dans une société d’apparence où celui qui est à la mode, c’est bel et bien celui qui possède le smartphone de dernière génération et peu importe finalement comment il l’a acquis !

Il vous faut comprendre que ce qui fait la valeur des étudiants que vous êtes, ce ne sont ces objets très extérieurs à votre être ontologique. En le disant, je vous invite à revoir votre échelle de valeurs mais surtout à comprendre que, si dans la vie de tous les hommes il y a des choix fondamentaux, parmi ceux-ci, il y a des priorités ! En cette nouvelle année académique que Dieu nous offre à tous, quelles seront vos priorités ? Avez-vous conscience que nombre de vos amis auraient aimé que leurs parents aient les moyens afin de bénéficier de la chance qui est la vôtre d’être ici, dans cette unité universitaire qui couple merveilleusement formation académique avec formation humaine et spirituelle pour tenir compte de sa spécificité d’université catholique ?

Plus simplement, et vous le savez, certains parmi vous rusent avec leur formation, ne serait-ce que dans le port de l’uniforme exigé pour être ici : correctement habillés au sein de l’université mais une fois en dehors, c’est une tout autre histoire, pour ne citer que cet exemple mais qui en dit long sur ce que vous êtes réellement ! Je crois pour ma part qu’il n’y a pas plus grave danger que celui qui se ment à lui-même et qui croit que les autres ne le savent pas. Vos parents, vos encadreurs ainsi que tout le personnel administratif de notre université n’ont pas vocation à faire la police après vous !

Je voudrais vous proposer, pour cette année académique, d’être des citoyens modèles et responsables tant dans la prise au sérieux de leurs études que dans les choses les plus simples au quotidien. Soyez des modèles de rigueur en tout, tant à l’intérieur tout comme à l’extérieur de cette université. L’inadéquation entre ce qui est intérieur et ce qui est extérieur que Jésus déplore chez les pharisiens, est un mal qui vous guette et que vous devez fuir de toutes vos forces.

Nos jeunes états africains ne peuvent se payer le luxe de cadres qui ne sont pas faits d’un même bois ! C’est l’échec assuré et pour ces cadres, s’ils le sont véritablement et pour nos pays. Le moment est venu pour vous, d’accepter de vous laisser façonner, sans tricherie aucune et en toute honnêteté ! Soyez dès à présent rigoureux avec vous-mêmes car il n’ y a que celui qui met le cœur à l’ouvrage, qui laisse un patrimoine à ses enfants ! Quelle est la Côte d’Ivoire dont vous rêvez demain ? Celle d’hommes et de femmes dont la parole n’a de valeur que pour celui qui croit en eux ou bien celle où la parole donnée est d’or ? C’est à vous d’en prendre non seulement conscience mais surtout d’en tracer les sillons. Pour ma part, je puis vous assurer mes humbles prières afin que cette année dépasse largement vos espérances à tous égards !

Chers formateurs,

Je ne vous apprends rien en affirmant que c’est vous, formateurs, qui donnez à notre Institution, la place qui lui revient dans l’ensemble du système éducatif ivoirien, par le sérieux et la qualité des cours que vous dispensez, avec générosité et abnégation, année après année. Le 19 juillet dernier, Madame la ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation a ouvert les travaux relatifs aux états généraux de l’éducation, travaux auxquels j’adhère totalement. C’est un signal qui nous dit qu’il y a urgence en la demeure pour tenir compte de ce que nous voulons pour nos pays en matière d’éducation et de développement futur de nos jeunes états africains.

En parlant de résolutions, je voudrais compter sur votre engagement total et indéfectible, au nom de votre foi au Christ, à permettre à ces jeunes, de répondre à leur vocation dans le monde de ce temps. Ils sont jeunes, donc perfectibles en tout, bien avant qu’ils ne prennent de trop mauvais plis dont il leur sera  difficile de se défaire plus tard !

Le rôle qui est le vôtre, c’est bien celui que l’Eglise universelle définit en ces termes : ‘‘… que les enseignants reconnaissent que l’école catholique dépend presque entièrement d’eux pour l’accomplissement de ses objectifs et de ses programmes… Intimement liés dans la charité les uns aux autres et à leurs élèves et dotés d’un esprit apostolique, que les enseignants, par leur vie autant que par leur instruction, rendent témoignage au Christ, l’unique Maître… Qu’ils fassent tout ce qu’ils peuvent pour stimuler leurs élèves à agir pour eux-mêmes et même, après l’obtention de leur diplôme, pour continuer à les aider avec des conseils... Le travail de ces enseignants… est dans le vrai sens du terme un apostolat le plus adapté et nécessaire à notre époque et à la fois un véritable service offert à la société.’’ Gravissimum educationis n°8

Toujours à propos de résolutions, je voudrais rappeler à notre souvenir, la fonction propre de l’Eglise qui consiste à ‘‘créer pour la communauté scolaire une atmosphère particulière animée par l’esprit évangélique de liberté et de charité, d’aider les jeunes à grandir … en développant leur propre personnalité, et enfin ,d’ordonner à toute la culture humaine ,la nouvelle du salut ,afin que les connaissances que les élèves acquièrent progressivement du monde, la vie et l’homme ,soient illuminés par la foi. Ainsi, en effet, l’école catholique, tout en étant ouverte, comme elle doit l’être, à la situation du monde contemporain, conduit ses élèves à promouvoir efficacement le bien de la vie terrestre et les prépare aussi au service dans la diffusion du Royaume de Dieu, de sorte qu’en menant une vie apostolique exemplaire, ils deviennent, pour ainsi dire, un levain salvateur dans la communauté humaine.’’  Gravissimum educationis n°8

Chers parents,

Le bref passage de l’évangile que nous avons écouté, remet au centre, ce qui a vraiment du prix dans la vie. C’est dans le cœur, dans l’intériorité que se joue la vie de l’homme, de tout homme, son bonheur et son salut. Si le cœur est rempli de méchanceté, les actes suivront et traduiront ce qu’il y a dans le cœur. C’est pourquoi, sans condamner les observances rituelles des pharisiens, Jésus voudrait les ramener à la racine, au cœur de nos comportements. En effet, ce ne sont pas les apparences qui devraient compter mais ce qu’il y a au plus profond de nos cœurs. Ainsi, il ne sert à rien de multiplier les gestes et les actions ,si le cœur n’y est pas ou s’il est rempli d’avidité, de cupidité, de méchanceté !

Le temps de passage de vos enfants dans notre université, nous le concevons comme celui de la formation humaine intégrale. Cela requiert la participation de tous et vous aussi, vous devez  continuer à la maison, cette formation. Les sacrifices que vous consentez à leur offrir des études adéquates ne doivent pas s’arrêter uniquement au règlement des frais de leur scolarité. C’est déjà là un premier et très grand pas.

Comme le disait le Pape Pie XI ,dans l’Encyclique Divini Illius Magistri, ‘‘Il est donc aussi important de ne pas se tromper dans l’éducation que de ne pas se tromper dans la poursuite de la dernière fin, avec laquelle l’ensemble du travail de l’éducation est intimement et nécessairement lié. En effet, puisque l’éducation consiste essentiellement à préparer l’homme à ce qu’il doit être et à ce qu’il doit faire ici-bas, afin d’atteindre la fin sublime pour laquelle il a été créé, il est clair qu’il ne peut y avoir de véritable éducation qui ne soit pas entièrement dirigée vers la dernière fin de l’homme.’’  

C’est cette fin que nous voulons poursuivre avec vous, pour le bien de vos enfants mais également des sociétés dans lesquelles vos enfants seront appelés à évoluer. Je voudrais donc vous inviter, au nom des résolutions à prendre pour cette année académique, à être le levain de l’action que nous voulons mener. Ensemble, nous réussirons le pari d’une école ivoirienne de qualité ! et je fais le rêve bien humble, que notre université, avec ce qui la caractérise, soit le levain de la pâte de ce renouveau que nous appelons de tous nos vœux, pour l’éducation en Côte d’Ivoire. Si nous rêvons ensemble, et par la mise en commun de nos efforts respectifs, ce rêve deviendra réalité, pour la gloire de Dieu et le bonheur de nos nations. Plaise à Dieu qu’il en soit ainsi.

En terminant, je voudrais maintenant m’acquitter avec un bonheur certain, de l’agréable devoir de souhaiter aux nouveaux venus dans notre Unité Universitaire d’Abidjan, le traditionnel akwaba chez nous, chez vous ! Vous avez toute votre place au milieu de nous ! Vous êtes désormais chez vous ! Aux anciens, je souhaite que cette année, Dieu vous bénisse et que cette bénédiction soit pour vous, paix, amour et joie chaque jour de cette nouvelle année académique. Sur ces paroles, je souhaite une bonne, heureuse et fructueuse année académique 2021-2022 à tous !

 

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÂ
Archevêque d'Abidjan
Vice Grand Chancelier de l'UCAO/UUA