A la Une

  • INTERVENTION DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWA ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA SEMAINE DIOCÉSAINE DU LAÏCA 2021

    INTERVENTION DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWA ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN A L’OCCASION DE LA SEMAINE...

  • PAROISSE SAINT MICHEL ARCHANGE DE KODIOUSSOU, PERE STANISLAS MONA  INSTALLE

    PAROISSE SAINT MICHEL ARCHANGE DE KODIOUSSOU, PERE STANISLAS MONA INSTALLE

  • Deuxième édition de FESTI-ECCLA (Radio Espoir) à la Cathédrale Saint Paul Abidjan

    Deuxième édition de FESTI-ECCLA (Radio Espoir) à la Cathédrale Saint Paul Abidjan

  • LA PAROISSE NOTRE DAME DU PERPETUEL SECOURS DE TREICHVILLE       A   FETE SES 65 ANS (Jubile de Palissandre)

    LA PAROISSE NOTRE DAME DU PERPETUEL SECOURS DE TREICHVILLE A FETE SES 65 ANS (Jubile de...

LA MESSE D’ACTION DE GRACE DES 25 ANS DE VIE RELIGIEUSE DE SŒUR CHRISTINE GNISSAN KANHOU

HOMÉLIE DU CARDINAL JEAN PIERRE KUTWà ARCHEVÊQUE D’ABIDJAN

Paroisse Saint Charles Lwanga Adjamé

Samedi 16 octobre 2021

Chant : Seigneur tu m’as séduit, et je me suis laissé séduire. Tu m’as terrassé, Tu m’as vaincu, Tu as été le plus fort. Malheur, malheur, malheur à moi, si je n’annonce, la parole, la parole du Seigneur

Révérend père Marcel OSSEPE Curé de la paroisse Saint Charles LWANGA d’Adjamé, ses vicaires et son conseil pastoral paroissial,

Révérende sœur Amélie Angbo YAPO,

Supérieure provinciale des sœurs Notre Dame des Apôtres, 

Révérends pères,

Révérends frères,

Révérendes sœurs,

Chers frères et sœurs en Christ,

Je voudrais parier en ces instants que les paroles de ce chant que nous venons de fredonner

ensemble, doivent avoir pour notre sœur Christine, une saveur toute particulière, à l’occasion de la célébration de son jubilé d’argent et pour cause ! En effet, l’initiative de toute vocation provient avant tout de notre Dieu qui  appelle qui Il veut à sa suite, non sans prendre le soin de séduire cette personne, qui en réponse, et ne préférant plus aucun autre amour, marche à sa suite, fort et joyeux, confiant que Celui qui l’appelle le guidera et prendra soin de lui en toutes circonstances.

Les paroles de ce chant proclament aussi à mon avis, l’histoire de toute vocation. Une histoire qui peut se résumer ainsi : le Seigneur fait choix de vous en vous saisissant, en vous terrassant littéralement tout en respectant votre liberté ! A ce choix, celui qui est appelé y répond en répandant l’amour autour de lui, tout en comptant sur la fidélité de Dieu, une fidélité jamais prise à défaut. Ainsi, voici les motifs profonds de notre présence ici en ce jour. En effet, un jour, le Seigneur a posé son regard sur notre fille, notre amie et sœur Christine ; Il a fait choix d’elle sans aucun mérite de sa part, l’a séduite et a fini par la terrasser ! A son tour, et face à cet amour qui lui a transpercé le cœur, elle a décidé de le suivre, pour l’annoncer à sa manière à ses frères et sœurs.

Aujourd’hui, 25 années plus tard, dans cette même église Saint Charles Lwanga, là où tout avait commencé, nous nous retrouvons autour d’elle, avec elle et pour elle, pour dire  toute notre reconnaissance à Dieu qui fait toute chose bonne; lui dire notre reconnaissance pour le chemin parcouru avec elle toutes ces années durant, Lui Dieu, qui rend capable ceux qu’Il appelle à son service ! Oui, disons-Lui notre reconnaissance à pleine voix, chantons son nom très saint et bénissons-Le pour ses bienfaits pour notre sœur et pour toutes les personnes qu’Il a placées sur les chemins de sa vie !

Chant : comment ne pas te louer…

1-  Seigneur tu m’as séduit…

Frères et sœurs,

Dans la première lecture de ce jour, le serviteur de Dieu dit lui-même ce qu’il croit de sa personne, de sa mission et quel est le véritable serviteur de Dieu, capable de réaliser son œuvre sur terre. Il a conscience d’avoir été connu, formé et appelé par Dieu pour être son porte-parole : ‘‘ j’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main… C'est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d'Israël : je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre’’, avons-nous entendu.

Cette première lecture va plus loin pour nous indiquer la relation particulière entre Dieu et celui qu’Il appelle : ‘‘ mon droit subsistait aux yeux du Seigneur, ma récompense auprès de mon Dieu…Oui, j'ai du prix aux yeux du Seigneur, c'est mon Dieu qui est ma force.’’ Cette force, c’est celle qui fait tenir dans l’adversité à la suite du Seigneur : ‘‘ Et moi, je disais : je me suis fatigué pour rien, c'est pour le néant, c'est en pure perte que j'ai usé mes forces.’’ Finalement, à ce choix de Dieu qui séduit, est attaché une mission : ‘‘tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai.’’

Très vite cependant, ce serviteur va réaliser qu’il n’est qu’un simple serviteur tout comme tous ceux que Dieu séduit et appelle à son service. Dans l’Ancien Testament l’on peut lire que durant son histoire, le peuple hébreu a connu beaucoup de vicissitudesdont l’exil à Babylone qui a duré près d’une cinquantaine d’années. Au cours de cette difficile période, Dieu n’a jamais oublié son peuple puisqu’il l’a toujours accompagné en suscitant des prophètes qui avaient pour mission de l’interpeller sur sa conduite, de veiller à ce qu’il demeure sur le droit chemin et à l’encourager. Ces hommes de grande foi n’ont jamais cessé d’unir leurs forces et leurs prières pour soutenir la foi et l’espérance de leurs concitoyens dans l’épreuve. Et cela est une grande responsabilité.

2-  Malheur à moi, si je n’annonce pas la parole du Seigneur

Frères et sœurs,

Comme vous l’avez certainement remarqué, si le Seigneur dans sa Souveraine Sagesse fait le choix de son serviteur et le conduit sans cesse en étant si proche, c’est bien pour annoncer la Parole qu’il lui a confiée. Dès lors, le message qu’il transmet a pour but de provoquer le renouveau d’Israël ainsi que la délivrance accordée par Dieu jusqu’au bout du monde. Pour réussir cette mission,deux alternatives se présentent au prophète :  d’abord résister à la tentation d'idolâtrie qui sans cesse menace avec les peuples voisins et ensuite témoigner que Dieu est l’unique et qu’Il tient toujours ses promesses.

En effet, Dieu est fidèle et Il réalisera sa promesse de libération. C’est alors que les autres nations seront témoins de cette œuvre de Salut de Dieu qu’Il propose à tous les peuples afin qu’ils soient sauvés à leur tour. Cette fidélité de Dieu face à son peuple se prolonge dans la page de l’évangile que nous avons entendu et dans laquelle Jésus révèle un visage très aimant de Dieu son Père. Ici, Jésus s’adresse à ses amis, ceux qu’il a choisis et qui ne se sont pas dérobés. D’ailleurs, il donne le critère pour être reconnu comme tel : manifester pour les autres ce que nous avons reçu, l’Amour infini. Cet Amour reste une exigence concrète, une fidélité dans les actes. En vérité, cet amour ne saurait être le résultat de la seule décision du croyant : c’est Jésus qui choisit avant tout ses amis. C’est un don gratuit dont personne n’a  à s’enorgueillir : ‘‘ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure.’’ (Jn 15,16)

Annoncer l’Evangile-Bonne-Nouvelle est donc la mission de toute l’Eglise ! Il s’agit ni plus ni moins, de révéler aux hommes de tout temps, le vrai visage de Dieu à toutes les nations. Dès l’Ancien Testament, tout le travail des prophètes a consisté justement à révéler ce vrai visage du Dieu de tendresse et de pitié, comme le disent les psaumes, un Dieu qui veut notre joie. Et c’est cette joie que le Seigneur Jésus veut communiquer à ses amis que nous sommes pour qu’à notre tour, nous la communiquions aux autres. Cela ne peut se faire sans une certaine fidélité à Dieu et aux engagements que nous avons contractés librement et sans contrainte le jour de notre baptême.

3-  A la suite du Christ, nécessité de fidélité

Frères et sœurs,

Un regard porté sur la société aujourd’hui nous permet de faire un constat, celui du désir de fidélité qui habite le cœur de la plupart des hommes et qui se manifeste de diverses manières. Personne ne souhaite vivre ou même faire l’amère expérience de l’infidélité qui laisse bien souvent des séquelles indélébiles; et cela nous pousse à tout mettre en œuvre afin de nous prémunir des conséquences de ces infidélités. Dès lors, la question qui devrait traverser  nos esprits est bien celle de savoir comment vivre pour demeurer fidèle à nos engagements ou mieux, que faire pour ne pas tomber dans l’insidieux piège de l’infidélité ?

Si cette interrogation s’adresse à tous les états de vie, elle revêt un caractère particulier pour ceux et celles qui ont opéré le choix du Christ, par une consécration particulière, comme le sont les religieux et religieuses, les prêtres et toute autre forme de consécration dans l’Eglise. Pour ces personnes, la fidélité aux engagements contractés librement et sans contrainte, se mue au fil des années, en un attachement plus profond et plus intime à la Personne même de Jésus qui, le premier, s’est engagé en faveur de notre humanité. Et c’est ce profond attachement à la personne du Christ malgré les épreuves inhérentes à toute vie, qui vous donne la force de résister malgré les vents contraires !

Bien chère fille et amie Christine,

C’est bien à cela que l’on reconnaît les prophètes ou les apôtres : ce sont ceux qui révèlent aux hommes le vrai visage du Dieu qui est amour, joie et bonté. ‘‘Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres’’ nous dit Jésus. L’Amour a pour particularité de se communiquer et de “contaminer” ceux qui se trouvent dans son champ d’expression. Dans l’évangile de ce jour, la réponse de Jésus à l’Amour du Père est dirigée vers les disciples. De même, la réponse des disciples à l’Amour de Jésus pour eux doit se porter sur leurs frères. Autrement dit, sœur Christine, ta meilleure réponse à l’Amour que Jésus te porte au quotidien c’est de le reporter sur les autres que tu côtoies afin de leur faire découvrir le visage de miséricorde d’un ami plein de tendresse.

Pour les prochaines années, je t’exhorte à parcourir le chemin qui est le tien toujours dans la joie, sans te laisser abattre par les difficultés qui surviendront. Justement ces épreuves permettront de vérifier la qualité de ta vocation et à ramener les hommes vers le Christ. Ainsi, ne baisse jamais les bras mais garde la tête haute en faisant preuve d’un courage à toute épreuve et cela en toute circonstance, à l’image de ces prophètes qui ont parfois dû faire preuve de courage pour remplir leur rôle de témoins de la volonté de Dieu. Comme ton Maître et Seigneur, tu dois être prophète d’une manière nouvelle pour notre temps afin d’annoncer courageusement le message de la Bonne Nouvelle car à travers ta personne et tes actions, c’est le visage du Christ qui doit resplendir en toute occasion.

N'oublie jamais, comme disait le saint pape Jean-Paul II dans son Exhortation Apostolique post-synodale, Vita Consecrata, que ‘‘le premier devoir de la vie consacrée est de rendre visibles les merveilles opérées par Dieu dans la fragile humanité des personnes qu'il appelle. Plus que par les paroles, ces dernières témoignent de ses merveilles par le langage éloquent d'une existence transfigurée, capable de surprendre le monde’’. Enfin, ton jubilé d’argent est pour toi mais également pour nous ici présents, une invitation à redécouvrir le sens et la richesse de la vie consacrée au cœur du monde aujourd’hui puisque ‘‘la vie consacrée, profondément enracinée dans l’enseignement du Christ Seigneur, est un don de Dieu le Père à son Eglise par l’Esprit’’. 

    Désormais, c’est un nouveau cycle qui s’ouvre pour toi et devant toi ;cycle qu’il te faut comprendre comme un nouvel envoi en mission avec ce que cela comporte comme nouveaux défis dans ce monde qui veut se réaliser de plus en plus sans Dieu. Ces défis sont multiformes et demandent une imagination toujours plus accrue afin d’être à la hauteur des attentes. Lève les yeux afin de contempler le Christ dans la splendeur du mystère de la croix, mais aussi et surtout puise à ses pieds toutes les forces dont tu as besoin pour la fécondité de ta mission. Je prie pour que l’amour qui nous a été manifesté par notre Seigneur t’accompagne partout afin de toujours garder la joie, celle que procurent la proximité et l’intimité avec le Christ Souverain Prêtre qui ne désire rien d’autre que le bonheur de ses enfants. N’oublie pas aussi d’invoquer Marie, Notre Dame des Apôtres afin qu’elle t’accompagne et protège toujours tes pas à la suite de son divin Fils sur le chemin de la sanctification.

A vous tous qui avez accepté d’accompagner sœur Christine dans la célébration de ce jubilé d’argent, grand merci pour votre présence fort remarquée, mais surtout merci infiniment pour les prières que vous ne cessez de formuler à l’endroit de celle qui a choisi d’être amie du Christ et sœur des petits et des faibles. Que la grâce de Dieu se déverse abondamment dans vos vies, et que le Très Haut se souvienne toujours de ces verres d’eau que vous donnerez à sa servante par Amour pour Lui, qui règne, dans les siècles sans fin. A tous je souhaite une excellente fête !

 

+ Jean Pierre Cardinal KUTWÃ

Archevêque d’Abidjan